Vents fous



Vent fou dans les arbres dorés,

Tornade pour les cœurs empâtés !


Certes au printemps naquirent des émois

Mais l'été pesant, épais et plat

A peine nés, les brûla.

Vent fou, tu les réveilles !

Plus vifs, moins frêles.


Décidés, vaillants, les cœurs se redressent,

Rêves solides bien ancrés, aptes à lutter,


Nous étions adolescents de printemps,

Pâles, naïfs et dolents.

Nous nous crûmes mâtures, croquant l'été,

L'amour, les réussites ; en un mot gavés.

Vous nous vivifiez !

Que s'envolent nos secs atours,

Que ne restent pour toujours

Que le socle de nous même,

Résistant aux vents d'automne,

Pour mourir épurés, nobles et fiers

Dans le creux de l'hiver.


Vents fous sur nos vies,

Tourbillons et tempêtes,

A vous je répète :

"Eternels mercis".



Illustration : Contre le vent, 1907-1908, huile sur toile de Jean-Julien Lemordant.


0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Encore un mot, rien qu’un, que j’espère placer. Et pourtant ce sont d’autres qui sortent de ma bouche, rien que de ma bouche alors que celui-ci devrait sortir du fond de mon cœur. Qu’il est dur à dire

Quand tu étais petit garçon, Tu refusais de dire pardon Et t'enfermais dedans ta chambre, Comme un âne qui se cambre. Patiente, ta mère te laissait faire. Et puis, guettant ton accalmie, Sous un préte