top of page

Tu pars

Dernière mise à jour : 4 déc. 2020


Quand la mer se retire,

C'est d'une caresse sur le sable

Qu'elle s'éloigne et s'étire.

Tout en douceur, tout en lenteur.


Quand le soleil part,

C'est tout en beauté, et tout en finesse,

Derrière les immeubles qu'il pare

De son manteau rose. Dans le ciel serein,

Lentement il s'éteint.


Quand la musique finit

C'est en harmonie doucement.

Ou dans un éclat vibrant,

Apogée éclatante d'un morceau ardent !



Tu pars.

Sans caresse, sans douceur, sans lenteur.

Tu pars.

Sans beauté, sans finesse, sans ciel rose.

Tu pars.

Sans douce harmonie. Sans éclat vibrant.


Alors je n'y crois pas.

Alors j'attends.

Que reviennent la douceur, la caresse, le ciel rose, l'harmonie !




0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Quand tu étais petit garçon, Tu refusais de dire pardon Et t'enfermais dedans ta chambre, Comme un âne qui se cambre. Patiente, ta mère te laissait faire. Et puis, guettant ton accalmie, Sous un préte

À l'arrêt de bus, vers treize heures trente Patientaient de mauvais gré Les usagers. Onze minutes d'attente : Pour des Parisiens, une éternité. Adrien, joyeux, un peu imbibé, Bonnet vissé sur la tête

bottom of page