Toujours plus bas


"Plus haut, plus haut", exigeait-elle à trois ans sur sa balançoire. Et son père obtempérait.


"Encore plus", soupirait-elle à quinze ans quand elle avait la permission de minuit. Et ses parents, souvent, acceptaient.


"Encore plus haut" s'émerveillait-elle à vingt ans, randonnant en montagne. Et la nature répondait à ses vœux en lui donnant de nouvelles occasions de s'émerveiller.


"Plus bas, encore plus bas" murmure-t-elle en sa prière. "Descendez plus bas que moi encore, Seigneur, plus bas dans ma peine, plus bas dans ma faiblesse. Plus bas pour me recueillir puis me relever. Ne tendez pas seulement le doigt vers moi, je n'ai pas la force de m'y agripper. Descendez toujours plus bas que moi." Et son Père a déjà obtempéré, depuis qu'il a laissé son Fils être monté sur une croix pour descendre aux enfers.


Illustration : peinture à l'huile, attribuée à Hubert Robert (1733-1808)

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Reconnaissance

Ils sont contents de nous voir, ça ne fait aucun doute. Il est quatre heures du matin, une brise glaciale s'est levée sur cette nuit givrée. Ils sont mal équipés : un mince carton et une vulgaire couv

©2020 par Somnio ergo scribo. Créé avec Wix.com

  • Facebook
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now