Jeannot

Il s'appelle Jean mais il y en a déjà un, on risque de confondre. Il lui faut un surnom. À soixante-cinq ans, pour la première fois de sa vie, alors que sa retraite a sonné, on va lui donner un surnom. Ça le fait sourire. Il y a donc un début à tout


- Ben Jeannot, tout simplement, propose Nathalie, randonneuse solitaire comme lui, comme lui attirée par le trinôme de pèlerins composé de Jean, Julien et Ophélie.

- C'est un peu facile comme surnom, objecte Julien.

- Ce n'est pas rapport à son prénom, rétorque Nathalie qui semble étonnée de devoir expliquer cette évidence, c'est pour Jeannot Lapin. Parce que tu marches tout guillerettement, tout sourire, comme un petit lapin.


Le petit lapin de soixante-cinq ans retient une larme d'émotion, de peur de se transformer en Madeleine. Soixante ans qu'on ne l'a pas comparé à un petit lapin ; Soixante ans que la tendresse de sa mère est six pieds sous terre avec elle et qu'il n'a plus de tendre appellation.


25 août, Arzacq-Arraziguet

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Somnio ergo scribo. Créé avec Wix.com

  • Facebook
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now