Frère grenouille

Mis à jour : avr. 14

- L'histoire de la grenouille ? Oh, ça va, je la connais ! Elle veut être qui elle n'est pas et crève d'orgueil... Certes, mes chevilles gonflent mais faut pas pousser, j'en suis pas là ! Je suis un type un peu rêveur, un peu idéaliste, mais j'ai les pieds sur terre et connais mes limites.

Comment, pas elle ? L'autre ? Ah oui, je vois, celle qui tiédit tranquillement à petit feu, sans réaliser qu'elle cuit dans son confort ! Une première fois elle a su s'évader : lorsqu'on la plongea dans une eau trop chaude, elle a eu le réflexe de sauter ; le piège n'était pas assez discret. Et maintenant, très fière d'être sortie vivante de cette attaque dangereuse, elle se persuade qu'elle peut tout, même quitter la tiède douceur d'un piège lent et sinueux. Bon et alors, je suis ça moi ? Nenni ! Si je reste dans le bain tiède de ma petite vie c'est qu'à l'extérieur de la marmite je n'ai rien trouvé qui vaille le coup de donner le meilleur de moi. Mais quand j'aurai un boulot qui me plaît, quand on reconnaitra enfin ma valeur; quand j'aurai dans le cœur une minette pour qui me battre, tu ne me reconnaitras plus !

Comment, pas elle, pas seulement elle ? Qui alors ? A quoi me compares-tu donc ? A la grenouille de bénitier, qui passe plus de temps à barbotter dans la coquille Saint Jacques grandeur nature qu'à prier ? Eh oh, d'abord, faut-il te le rappeler, les bénitiers sont vides, rapport à un virus dont je tairai le nom ! Ca ne change rien ? C'est une image ? Oui, bon d'accord, j'ai compris ce que tu insinues... mais ce n'est pas moi du tout ! Du tout ! J'ai juste besoin de forme pour rentrer au fond de mon cœur. Tu peux le comprendre, non ? C'est tout le sens de la liturgie. Tu ne peux pas remettre la liturgie en question n'est-ce pas ? Ah, tu acquiesces... enfin tu cesses de vouloir toujours prononcer le dernier mot et me clouer le bec, bavarde, bourrique bavarde !

Quoi ? Tu grimaces, tu dodelines, tu oses sourire ? Tu te moques, tu te gausses, tu ris ! Comment, comment ? Encore une autre grenouille ? Et puis quoi encore ? A laquelle me compares-tu encore ?


- A celle qui coasse sans arrêt, qui bégaye des "comment" et des "quoi quoi quoi", qui commente tout ce qu'on ne lui dit pas, pour éviter d'entendre le peu qu'on voudrait lui dire...

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Confusion

Je suis mort cette nuit. Plus personne ne parlera de moi au présent. Ce matin je me suis vu, mort dans ce lit d’hôpital. J’étais terriblement soulagé que les souffrances s’arrêtent, horriblement boule

En avant

©2020 par Somnio ergo scribo. Créé avec Wix.com

  • Facebook
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now