Conversation d'imbécile

Dernière mise à jour : nov. 6


J'ai rendez-vous de coiffure en ce samedi matin. Je déteste cela mais ça devenait obligatoire. Ma fille soutient que ma tignasse ressemble à un balai de sorcière.

Ce que je déteste, c'est la discussion de la coiffeuse. Discussion de coiffeuse, discussion d'imbécile, c'est tout comme. Deux belles expressions synonymes. De là à dire que la coiffeuse est une imbécile, il n'y a qu'un pas.


Mais je ne veux pas franchir ce pas, ce serait préjuger ; je ne connais pas cette coiffeuse, c'est la première fois que je mets les pieds chez elle depuis mon emménagement.


"Elle est nouvelle dans le quartier ? Je ne vous avais jamais vue", commence la coiffeuse avec un timbre de concierge qui mène l'enquête.

Elle me fait raconter, presque malgré moi, mon emménagement, mon mari, ma fille et mon fils, même le poisson rouge.

"Et qu'est-ce qu'on fait comme travail, ma petite dame, qui vous amène dans notre belle ville ?" Je réponds : faut être poli dans la vie.

Et elle évidemment, comme tout le monde, elle ouvre de grands yeux et questionne, questionne, questionne. C'est pas courant une jeune femme de trente-cinq ans qui dirige une prison expérimentale.

Je raconte, elle se passionne tout en me tournant et retournant la tête, à me faire douter de la solidité de mes cervicales.

Elle questionne encore. Ça va finir par me gêner, comme toujours, d'être le centre de l'attention. C'est comme ça partout, à l'école de ma fille, à la crèche, à la fête des nouveaux voisins, en dîner. Il n'y a pas trente-six solutions, il faut tourner la discussion vers l'interlocuteur, lui montrer qu'on sait l'écouter et que son métier à lui aussi est sûrement passionnant. En priant pour ne pas tomber sur un chômeur, un gratte-papier ou un sous-chef imbu de sa demi-autorité, on lui retourne la question :

- Et vous, alors ?

En général, ça prend.

Pas aujourd'hui.

- Moi quoi ?

- Eh bien, vous, que faites vous comme métier ?


Un court instant elle suspend son peigne et ses ciseaux. Son regard ahuri se reflète dans la glace. Elle hésite entre éclater de rire et me faire répéter ma question.


Discussion de coiffeur, discussion d'imbécile, c'est tout comme. Reste à savoir qui est l'imbécile.

Elle en aura une bien bonne à raconter à sa prochaine cliente, ça changera de la pluie et du beau temps ou de la curiosité feinte sur le métier des clients.



Illustration ; Portrait de Dédie, Modigliani, 1918, huile sur toile, Musée d'art moderne de Paris

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Holà

On m'appelle le sportif, pas le tchatcheur ; je fais le chemin pour marcher, pas pour parler. De plus, je ne connais pas l'espagnol et...