Châtaignes de novembre

Et vous, châtaignes de novembre,

Si je ne savais que vous êtes les dernières,

Vous ne seriez pour mon palais que de fades copies,

Mauvaises imitations de vos sœurs d'octobre ;

Gonflées d'eau, grignotées par les vers ;

Copies fades et vulgaires.


Mais, puisque vous êtes les dernières,

On vous ramasse délicatement,

Et nos souvenirs déjà s'emplissent de délices.


Pour vous avoir, on scrute, on épie,

On dévisage chaque bogue sans répit,

Des heures durant, sous les feuilles orangées,

Avec la douceur du chirurgien, la patience des chercheurs d'or.

Une pépite est cachée là, dans les piquants, sous les feuilles et la boue.

Votre rareté fait votre prix, châtaignes de novembre !


Paris, le 21 novembre 2016



0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Encore un mot, rien qu’un, que j’espère placer. Et pourtant ce sont d’autres qui sortent de ma bouche, rien que de ma bouche alors que celui-ci devrait sortir du fond de mon cœur. Qu’il est dur à dire

Quand tu étais petit garçon, Tu refusais de dire pardon Et t'enfermais dedans ta chambre, Comme un âne qui se cambre. Patiente, ta mère te laissait faire. Et puis, guettant ton accalmie, Sous un préte