Châtaignes de novembre

Et vous, châtaignes de novembre,

Si je ne savais que vous êtes les dernières,

Vous ne seriez pour mon palais que de fades copies,

Mauvaises imitations de vos sœurs d'octobre ;

Gonflées d'eau, grignotées par les vers ;

Copies fades et vulgaires.


Mais, puisque vous êtes les dernières,

On vous ramasse délicatement,

Et nos souvenirs déjà s'emplissent de délices.


Pour vous avoir, on scrute, on épie,

On dévisage chaque bogue sans répit,

Des heures durant, sous les feuilles orangées,

Avec la douceur du chirurgien, la patience des chercheurs d'or.

Une pépite est cachée là, dans les piquants, sous les feuilles et la boue.

Votre rareté fait votre prix, châtaignes de novembre !


Paris, le 21 novembre 2016



0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Reconnaissance

Ils sont contents de nous voir, ça ne fait aucun doute. Il est quatre heures du matin, une brise glaciale s'est levée sur cette nuit givrée. Ils sont mal équipés : un mince carton et une vulgaire couv

©2020 par Somnio ergo scribo. Créé avec Wix.com

  • Facebook
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now