Bénis soient ceux qui savent pleurer

Mis à jour : 23 sept. 2020


Bénis soient ceux qui savent, sans excès, pleurer de justes chagrins

Pleurer, elle ne sait pas faire.



Elle pleurait enfant, ou pignousait plutôt car elle avait observé que c'était la meilleure technique pour se venger d'une crasse d'un de ses frères qui se faisait alors gronder.


Elle ne pleure pas quand elle souffre, on lui a expliqué, il y a bien longtemps, que les larmes ne guérissent pas les bobos.

Elle ne pleure pas pour obtenir une faveur, elle a senti dès ses jeunes années qu'un sourire tendre ou un regard appuyé de ses grands yeux est plus efficace.


Elle ne pleure pas de fatigue, elle sait qu'il faut tenir jusqu'au coucher et que pour être efficace en période de fatigue mieux vaut garder les yeux secs et la bouche cousue.

Elle ne pleure pas de joie, elle chantonne et fanfaronne, à la garçonne.

Mais aujourd'hui son cœur est sec, elle s'efforce de ne pas aimer et se croit mal-aimée. Aujourd'hui elle cherche une source où s'abreuver. Ses larmes seraient les seules armes pour irriguer ce cœur qui se fissure et qui geint. Elle ne sait pas pleurer et ose se demander si cela s'apprend.


Agen, le 21 août 2020

Illustration : Vieille femme à la bougie, Matthias Stomer

0 commentaire

Posts récents

Voir tout